Dialogue Social

Print Friendly, PDF & Email

La CGEM insiste, encore une fois, sur un dialogue direct et une paix sociale. Si le patronat et les syndicats s’accordent en amont sur des sujets communs, cela ne peut qu’aller dans le sens de la volonté du gouvernement. Notre «Pacte social pour une compétitivité durable» initie un nouveau départ avec les syndicats, montrer notre volonté en nous engageant à faire prévaloir le droit à un emploi digne, à promouvoir la résolution des conflits en amont, à mettre en place des mécanismes de médiation et en réfléchissant ensemble à une réglementation du droit de grève, cité dans la Constitution, qui ne compromettrait ni l’entrepreneuriat et la liberté de travail, ni la liberté syndicale.

Aujourd’hui, nous ne pouvons parler de compétitivité sans parler de stabilité du champ social, de flexibilité ou de flexi-sécurité et sans prévenir les conflits. Et c’est ce que nous essayons de faire. Les syndicats l’ont bien compris, qu’il s’agisse de l’UMT, de l’UGTM ou de l’UNMT et certainement de la CDT et de la FDT avec lesquels nous continuons de dialoguer de façon continue. J’estime qu’il s’agit là d’une avancée citoyenne et d’un acquis fondamental. Le patronat et les syndicats ont fait preuve par ces signatures de responsabilité historique.